Aller au contenu

Monstrueusement Google ?

Share

Bienvenue à tous !

En 2010, pendant ma spécialisation en affaires électroniques, j’ai rédigé cette étude sur Google. À l’époque, j’ai été ravi de la très bonne note que j’ai obtenue, ce qui m’a encouragé à la publier. Depuis lors, ce document est resté en ligne et il est toujours consulté assez régulièrement. J’ai décidé de le maintenir en tant que « dossier spécial », mais je tiens à souligner qu’il n’a pas été mis à jour depuis 2010.

Je vous souhaite une excellente lecture !

Au commencement

J’ai commencé à naviguer sur internet en 1997. À cette époque, j’utilisais différents moteurs de recherche tels que Excite, Altavista, Voilà, Yahoo, La toile du Québec, etc. Peu de temps après, Google s’est ajouté à ma liste d’outils de recherche. Lorsque j’ai commencé à l’utiliser, il ne représentait pour moi qu’un autre outil parmi tant d’autres. Étant peu familier avec son fonctionnement, je n’obtenais que rarement les résultats souhaités. Aujourd’hui, je comprends pourquoi il ne répondait pas à mes attentes. À l’époque, je ne savais pas qu’il était encore dans ses débuts, comparable à un bébé en comparaison avec les autres moteurs de recherche qui avaient déjà quelques années d’avance sur lui. J’avais une bonne connaissance de mes outils et je savais quel moteur utiliser pour quel type de recherche. Il était donc habituel d’avoir recours à plusieurs outils pour une recherche approfondie. Si AltaVista ne donnait pas les résultats escomptés, je passais, selon mes connaissances, à d’autres moteurs de recherche plus spécialisés.

À un certain moment, Yahoo a été amélioré et a commencé à proposer des résultats qui correspondaient davantage à mes attentes. La quantité et la qualité des résultats satisfaisaient pleinement mes besoins. Pendant cette période, j’ai cessé d’utiliser quotidiennement différents outils, bien qu’ils m’aient auparavant fourni des informations plus précises et spécialisées. Oui, Yahoo comblait mes besoins de recherche à cette époque.

Je ne saurais précisément dire à quel moment Google est devenu mon moteur de recherche par défaut. Un jour, j’ai réalisé que toutes mes recherches effectuées dans la barre de recherche de mon navigateur me redirigeaient vers une page de résultats de Google. À ce moment-là, je me suis dit : « Google ! Mais qui a changé ma page de recherche ? » C’est alors que ma conjointe m’a répondu : « Autant que je me souvienne, tu as toujours utilisé Google. » J’ai dû me rendre à l’évidence que cela faisait en effet un bon moment que j’utilisais Google. Il s’était insinué dans ma vie et avait pris une place importante dans mes habitudes. Il avait tellement simplifié ma navigation sur internet que je ne me posais même plus de questions. J’utilisais désormais Google et ses multiples services comme s’il n’y avait pas d’autres fournisseurs de services comparables. Google est donc entré dans ma vie sans faire de bruit ; il m’a apporté une nouvelle facilité, presque naturellement.

Désirant une information, je tapais automatiquement ma requête dans la barre de recherche et le tour était joué. Si les résultats ne me satisfaisaient pas pleinement, je comprenais que c’était à moi de formuler la bonne requête. Plutôt que de changer d’outil de recherche, je modifiais désormais les options, analysais mes résultats et, la plupart du temps, finissais par être satisfait. C’était tellement simple, facile et efficace que même en cas de déception, j’hésitais à consulter d’autres outils. J’avais le sentiment que si je ne trouvais pas ce que je cherchais sur Google, je ne pourrais le trouver ailleurs.

Google a considérablement élargi ses services au fil des années, sans faire de grandes annonces publicitaires pour ces innovations. Elles sont apparues, discrètement, et j’ai été surpris de ne pas avoir remarqué leur existence auparavant. C’était comme si elles avaient toujours été là pour moi et que je venais seulement de les découvrir. Au fil des nombreuses innovations de Google, mes habitudes ont été enrichies par des services qui m’ont été offerts sans me bousculer, de façon naturelle.

Comme beaucoup, j’ai remarqué l’ampleur grandissante de Google et son importance croissante. À mes yeux, cela semblait tout à fait normal ; il surpassait de loin tout autre moteur de recherche. C’est pourquoi, comme tant d’autres, je me suis exclusivement tourné vers Google.

Mais voilà la question : Google est-il un géant insidieux ? Est-il un prédateur rampant dans toutes les facettes de notre vie pour mieux nous capturer dans ses filets ?

Combien d’utilisateurs de Google se sont réellement arrêtés pour observer la situation et se poser une telle question ? Sur 100 utilisateurs, je pense qu’un seul s’interroge sérieusement ; c’est Monsieur 1%. Dix ont une idée du potentiel de l’entreprise et 89 ne s’en sont jamais vraiment préoccupés. Pour beaucoup parmi ces derniers, Google est là et semble être là pour rester.

Oh, Google ! Qu’as-tu donc accompli de si monstrueux ?

Pour la plupart des utilisateurs, Google ne représente pas une menace réelle. Au contraire, il incarne la facilité, la simplicité et l’abondance. Il est perçu comme un service juste et est devenu une icône du « Web-Noël« . Sa gratuité est légitime, à l’instar de la télévision publique. Personne n’imagine devoir un jour payer pour accéder à de tels services. Google symbolise la gratuité du Nouveau Monde.

Cependant, c’est tout le contraire pour Monsieur 1%. Celui-ci considère Google comme un monstre grandissant, une bête féroce à qui l’on a accordé une liberté illimitée pour évoluer. De la petite entreprise qui a commencé dans un garage il y a une décennie, nous nous retrouvons désormais face à un empire gigantesque, capable de tout engloutir sur son passage.

Google a le pouvoir d’éveiller les populations sur des sujets qui leur tiennent à cœur. Il peut susciter des passions, créer des héros, semer l’espoir ou influencer l’évolution d’une société. Mais d’un autre côté, Google pourrait aussi semer le conflit, alimenter la haine, déstabiliser un gouvernement ou instiller la peur au sujet de diverses menaces.

Avec Google, une micro-entreprise de deux employés peut soudainement devenir un acteur majeur. En revanche, une multinationale de 3600 employés peut disparaître presque instantanément.

Si Adolf Hitler avait remporté sa bataille et réalisé son rêve pendant la Seconde Guerre mondiale, considérerions-nous aujourd’hui que les méchants avaient triomphé ? Peut-être verrions-nous la résistance des alliés comme une force rebelle refusant de suivre le courant ? Tout dépend du point de vue et de la position dans l’histoire. Le jeune homme affamé, recruté et formé dans l’armée hitlérienne, aurait sans doute été ravi d’avoir un travail et de faire partie des forces de l’axe.

De même, l’utilisateur de Google, tout comme moi, est certainement reconnaissant de pouvoir utiliser ce système remarquable gratuitement. Personne ne se plaindra de la gratuité des services ni ne réclamera le paiement pour leur utilisation. D’un point de vue utilisateur, Google est un bienfaiteur. Cependant, on oublie souvent que Google détient une base de données quasi infinie. De cette base, il peut extraire et traiter des informations sur presque tous les sujets et de multiples groupes. On ignore aussi souvent que Google peut choisir de contrôler ces informations. Il peut sélectionner celles qui seront accessibles aux utilisateurs, influençant ainsi certains aspects de la société selon ses propres désirs et valeurs. Google a le potentiel de devenir un monstre. Il peut faire beaucoup de bien, mais aussi se tourner vers le mal ou servir ses propres intérêts. Tout dépend de la nature et de l’ampleur de ses actions dans la vie de chacun et de nos communautés.

En tant qu’utilisateur, Google est un bienfaiteur pour moi, mais en tant que créateur, il représente un prédateur. Depuis plus d’une décennie, je travaille sur un projet révolutionnaire qui pourrait changer la donne dans le monde artistique. Au cœur du Web 2.0, mon projet propose une nouvelle façon de commercialiser les arts de manière autonome. Je suis convaincu du succès potentiel de mon projet une fois réalisé. Tous ceux qui ont consulté mon plan d’affaires en ont été enthousiasmés. Alors, pourquoi reste-t-il encore au stade de concept ?

Avant de lancer mon projet, je dois m’assurer de pouvoir le faire sans être écrasé. Mais l’armée de Google est là ! Il suffit qu’un utilisateur de Google découvre mon projet et y trouve un intérêt pour qu’une équipe spécialisée le développe de manière sophistiquée en un temps record. Les investisseurs nécessaires pour démarrer de nouveaux projets sont également conscients de cette possibilité. Comment puis-je les rassurer ?

Peu d’entreprises dans ce monde ont la même capacité d’acheter, de développer, d’innover ou même de s’approprier ce qu’elles désirent. Google est déjà parmi les monarques dans l’empire des grands. De nombreux pays ne disposent même pas du capital financier dont bénéficie Google. Google possède les moyens de se lancer dans des bras de fer avec qui bon lui semble. Il est bien plus qu’un grand parmi les grands, car il a les ressources pour contrôler l’image des géants. Google contrôle un important filtre d’information capable d’amplifier ou d’atténuer, selon ses désirs, les informations disponibles sur les sujets de son choix.

Le succès de mon projet dépend-il du fait que Google ou Yahoo le prenne en charge ? Dois-je tenter ma chance et tout risquer ? Si Google développe mon projet, pourrais-je en retirer les bénéfices qui me sont dus ? Google est un monstre pour le créateur car, d’un simple claquement de doigts, il peut s’approprier un projet dès son éclosion et le faire sien. Qui voudrait lancer un nouveau-né, imprégné de sang frais, dans l’antre d’un anaconda ?

La liste des menaces dans les domaines d’action couverts par Google est longue. Il est déconseillé d’ouvrir un petit commerce de restauration rapide à côté d’un McDonald’s. Cependant, la viabilité peut être possible si la concurrence n’est pas démesurée. McDonald’s ne changera pas son menu pour rivaliser avec le petit entrepreneur, tandis que Google ou un autre empire du Web pourrait facilement absorber ce dernier, le cloner, l’améliorer et laisser l’original se dessécher sans cérémonie.

Pour moi Google est d3jà u2 m0n57re 3t i1 f41t p3vr. A10r5…

Monstrueusement costau comme Google qui ne cesse de s'entraîner.

La monstrueuse évolution ?

Voilà l’image de Google : malgré la formidable équipe qui y travaille, il produit, développe et ou avale tout ce qu’il désirs !

Légende : Précédé d’un « -$- » = un projet acheter voir avalé « publiquement ».

Année – 1998
Fondation de Google : 27 septembre 1998
Google Directory : version Google de l’annuaire de sites web DMOZ.

Année – 2000
Google Mobile : Version de Google adapté aux téléphones portables.

Année – 2001
Google Catalogs : Consultation des catalogues de vente.
Google Actualités : Agrégation d’infos en provenance de multiples sources.
Google Images : Recherche d’images.
Google Zeitgeist : Recherche sur les tendances et les faits marquants.
-$- Deja News : achetée en février 2001 pour 5 millions et rebaptisée Google Groups.
Google Groups : Permet de faire des recherches dans les newsgroups.
Google Movies : Recherche de critiques de films (en anglais).
-$- Outride : achat en septembre 2001 pour 2 millions de dollars.

Année – 2002
Google Labs
: mai 2002, Google lance, le laboratoire des services et applications.
Google.fr : juin 2002, ouverture de la filiale française.
Froogle : décembre 2002, lancement d’un service d’achat en ligne.
AdWords : Service payant permettant de créer des annonces publicitaires.
Google Answers : Google répond ? vos questions. Service payant en anglais.
Google Web API’s : Pour les webmestres.

Année – 2003
-$- Pyra Labs : Acheté en février 2003 pour 9 millions de dollars,
-$- Applied Semantics : en avril 2003 et usage dans le service AdWords pour 102 millions.
Google News : décliné en version francophone en mai 2003.
AdSense : permet aux webmasters de vendre de l’espace publicitaire sur leur site web.
-$- Kaltix : compagnie de recherche acquise en septembre 2003 pour 4 millions de dollars.

«MAJORITÉ» : 2003, Google gère au quotidien 200 millions de requêtes par jour, soit 56 % des requêtes mondiales.

Année – 2004
Gmail : Services de courriel gratuit.
Google Desktop Search: Lancé en 2004.
-$- Blogger : achat en mai 2004, reconception complète par Google.
-$- Picasa : intégré Blogger en juillet 2004. Picasa devint un produit gratuit incorporant bouton Google « J’ai de la chance !».
-$- Keyhole : Compagnie de cartographie fondée en 2001. Achetée en octobre 2004.
-$- Zipdash : Compagnie de gestion de trafic acquise.
-$- Where2 : Compagnie de cartographie australienne.
Google Book Search : Projet de numérisation de livres très controversé.
Google Annuaire : Web présenté par sujets et par catégories, Project modifié.
Google Scholar : Recherche dans les publications scientifiques en ligne.
Google Suggest : Permet d’avoir des suggestions de Google au fur et ? mesure qu’on saisit le mot recherché.

«MONOPOLE» : en 2004, 84,9 % des requêtes sur le web sont faites auprès de Google

Année – 2005
Google Base : Service d’affichage et référencement de tout type de contenu.
Google Maps : Site internet de recherche géographique.
-$- Urchin : Compagnie d’analyse statistique du web.
Google Transit : Créer son itinéraire.
Google Recherche personnalisée : Historique de vos recherches web et stockage.
Google Video Search : Recherche de séquences animées avec YouTube.
iGoogle : Permet de personnaliser la page d’accueil de Google.
Google Sitemaps : Permet l’enregistrement de votre site web sur Google.
Google Reader : Permet la recherche et l’affichage de fils RSS.
-$- Dodgeball : Compagnie d’analyse de cliques.
Google Analytics : Analyse d’audience de site.
Google Moon : images satellite de la Lune en hommage ? la mission Apollo
Android : Achat en août 2005, développement d’applications de téléphonie mobile.
Google SMS : pour la téléphonie mobile.
Google Music Search : Moteur de recherche dédié ? la musique.

Année – 2006
Google.cn : 28 janvier 2006, implantation en République populaire de Chine. Ainsi nait la controverse sur la censure qui s’applique aussi ? des sites racistes, islamistes ou révisionnistes.
GWT : mai 2006, Google lance Google web Toolkit, cet outil est au cœur de la stratégie web de Google.
Google Payment : Solution de paiement par Internet.
Google Page Creator : Édition et création de pages perso.
Google Chrome : navigateur Web lancé dans 100 pays 2 septembre 2006.
-$- dMarc Broadcasting : Achetée en janvier 2006 pour 102 millions de dollars.
-$- Writely : acquis en mars 2006 pour 8 millions de dollars.
-$- @Last Software : acquise en mars 2006 pour 11 millions de dollars.
Google Trends : Indique le taux d’utilisation et la popularité d’un mot clé.
Google Notebook : Prise de notes en ligne.
-$- Neven Vision : reconnaissance photographique acquise en août 2006 pour 12 millions.
$- JotSpot : Site hébergeur de wikis intelligents acquis fin octobre 2006 pour 2 millions.
$- iRows : Acheté en 2006. Tableur en ligne du type Google Spreadsheets.
-$– Endoxon : Achetée en décembre 2006 pour 28 millions de dollars.
Google Finance : Gestion de portefeuille boursier en temps réel.
Google Mars : L’équivalent martien de Google Maps.
Google Calendar : Calendrier et agenda en ligne interconnecté avec GMail.
Google Checkout : Solution de paiement en ligne.
Google Code Hosting : Gestionnaire SVN de code OS avec gestionnaire de bug.
Google News Archive Search : Moteur de recherche d’archives d’articles remontant a 200 ans. Lancement le 6 septembre 2006.
The Literacy Project : Site pour l’alphabétisation en anglais et allemand.
Searchmash : Site expérimental de recherche pour une nouvelle approche.
-$- YouTube : Acheté le 9 octobre 2006, pour un montant de 1,65 milliard de dollars.
Google Code search : Moteur de recherche pour le code informatique.
Google Docs : Fusion de google spreadsheets et de Writely.
Google Gapminder : comparaison d’indicateurs de développement pour tous les pays.
Google Patent Search : Moteur de recherche pour les brevets.

Année – 2007
-$- Adscape Media : Société canadienne achetée en mars 2007 pour 23 millions de dollars.
-$- Trendalyzer : Acheté en mars 2007 pour un montant de 1 million de dollars.
-$- DoubleClick : Acheté en avril 2007 pour 3,1 milliards de dollars en cash.
-$- FeedBurner : gestion des flux RSS/Atom. Achetée en mai 2007 pour 100 millions.
-$- Panoramio : Achetée en mai 2007 pour 7 millions de dollars.
-$- GrandCentral : spécialisée dans la téléphonie, achetée en juillet 2007 pour 45 millions.
-$- Postini : achetée en juillet 2007 pour 625 millions de dollars.
-$- Zingku : septembre 2007, services mobiles, pour 1 million de dollars.
-$- Jaiku : en octobre 2007, la messagerie instantanée d’AOL et Yahoo pour 1,5 million.
-$- Knol : décembre 2007, encyclopédie en ligne ressemblant légèrement ? Wikipédia
-$- Android : novembre 2007 système d’exploitation pour smartphones, PDA et TM.
iGoogle : décembre 2007 Google met en place une page d’accueil personnalisée.

Année – 2008
-$- Projet philanthropique de 26 millions de dollars.
-$- Palimpses t : février 2008, espaces de stockage et de partage en ligne.
-$Google Health : mars 2008, service Internet d’archivage de dossiers médicaux.
-$Google Sites : mars 2008, service ajouté ? Google Apps.
-$- Lively : juin 2008 est un jeu en ligne qui met en ligne des avatars.
Google Tendances des recherches : août 2008, service de statistiques sur les recherches.
-$- Omnisio : achat août 2008, synchronisation de la vidéo pour 15 millions de dollars.
Google Chrome : en septembre 2008, Chrome est un navigateur web libre.
-$- TextCube : Septembre 2008 : logiciel de gestion de blogs et outils communautaires.
-$- Google Image Labeler : système permettant de tagger des images indexées par Google.
-$- Google Tendances des recherches : outils de statistiques détaillées sur les recherches des internautes.
Google Chrome : Navigateur Internet maintenant en Open source.

Année – 2009
Google Latitude : service de géolocalisation de contacts.
Google Musique : Novembre 2009 : Google indexe de la musique sur son moteur.
Google timeline : permet de classer des sources selon leur date de publication.
Google Wave :

Année – 2010
Google Chrome OS : Un système d’exploitation basé sur linux, où son noyau sera en partie sur des serveur web. Il devrait sortir mi-2010.

-$- Slide : Une société spécialisée dans les applications sociales et les jeux en ligne.

Plus de 70 milliards de pages indexées.
Plus de 30 000 employés à son bord.
Un taux de recrutement de personnel de plus 100 nouvelle recrus à la semaine.
Un chiffre d’affaires de 132 milliards de dollars américains.

Mise à jour partiel 2022

La mise à jour inclus uniquement les acquisitions et non pas les nouveaux services développés par Google.

Année – 2011
-$- Inventables : Société axée sur la conception de matériaux innovants.

-$- PostRank : Plateforme d’analyse des médias sociaux.

-$- Meebo : Plateforme de messagerie instantanée en ligne.

-$- Zynamics : Société allemande spécialisée dans la sécurité informatique et l’analyse des logiciels malveillants.

Année – 2012

Quickoffice : Application de productivité mobile.

-$- Meebo : Plateforme de messagerie instantanée en ligne.

-$- Frommer’s : Marque de guides de voyage.

Année – 2013

-$- Wavii : Application de curation de contenu.

-$- Behavio : Société spécialisée dans l’analyse des données mobiles.

-$- Makani Power : Entreprise travaillant sur l’énergie éolienne.

-$- DNNresearch : Projet d’intelligence artificielle et d’apprentissage automatique.

-$- Flutter : Application de contrôle par gestes pour ordinateurs.

-$- Talaria Technologies : Entreprise de virtualisation de serveurs.

-$- Channel Intelligence : Société spécialisée dans le commerce en ligne.

-$- Redwood Robotics : Entreprise de robotique.

-$- WIMM Labs : Fabricant de montres intelligentes.

-$- FlexyCore : Développeur de logiciels pour améliorer les performances Android.

-$- Bump : Application de partage de fichiers entre appareils mobiles.

Année – 2014

-$- Nest Labs : Fabricant de thermostats intelligents et de détecteurs de fumée.

-$- DeepMind Technologies : Entreprise spécialisée dans l’intelligence artificielle.

-$- SlickLogin : Technologie d’authentification sécurisée par sonorités.

-$- Impermium : Société de sécurité en ligne.

-$- Spider.io : Entreprise de sécurité publicitaire.

-$- Green Throttle Games : Plateforme de jeux pour Android.

-$- Skybox Imaging : Société spécialisée dans l’imagerie satellite.

-$- Dropcam : Fabricant de caméras de surveillance connectées.

-$- Jetpac : Application de recherche visuelle basée sur les réseaux sociaux.

-$- Songza : Service de streaming musical.

Année – 2015

-$- Timeful : Application de gestion du temps et des tâches.

-$- Agawi : Plateforme de streaming de jeux vidéo.

-$- Odysee : Application de sauvegarde et de partage de photos.

-$- Firebase : Plateforme de développement d’applications mobiles.

-$- Red Hot Labs : Développeur de jeux mobiles.

-$- Softcard : Technologie de paiement mobile.

-$- Pixate : Outil de prototypage d’interfaces utilisateur mobiles.

-$- Launchpad Toys : Créateur d’applications éducatives pour enfants.

-$- Moodstocks : Technologie de reconnaissance visuelle.

-$- Fly Labs : Application de montage vidéo pour mobiles.

Année – 2016

-$- Orbitera : Plateforme de vente de logiciels cloud.

-$- Apigee : Plateforme de gestion des API.

-$- FameBit : Plateforme de marketing d’influence.

-$- Anvato : Plateforme de publication vidéo pour diffuseurs.

-$- Moodstocks : Technologie de reconnaissance visuelle (acquisition précisée en 2016).

-$- Synergyse : Formation en ligne pour les utilisateurs de G Suite.

-$- Urban Engines : Plateforme d’analyse des déplacements urbains.

-$- Eyefluence : Technologie de suivi des mouvements oculaires pour la réalité virtuelle.

-$- API.AI : Plateforme de développement de chatbots et d’assistants virtuels.

Année – 2017

-$- Fabric.io : Plateforme de développement d’applications mobiles.

-$- Limes Audio : Technologie de suppression de bruit pour les appels vidéo.

-$- Agnilux : Start-up de semi-conducteurs.

-$- Owlchemy Labs : Développeur de jeux vidéo en réalité virtuelle.

-$- Halli Labs : Startup spécialisée dans l’intelligence artificielle et le machine learning.

-$- HTC (partie de l’équipe de conception Pixel) : Accord pour une partie du personnel pour le développement de smartphones Pixel.

-$- Senosis Health : Startup spécialisée dans les applications de santé mobiles.

-$- AIMatter : Développeur de technologie de réalité augmentée.

Année – 2018

-$- Cask Data : Plateforme de développement et de déploiement de big data.

-$- Onward : Intelligence artificielle et automatisation du service client.

-$- Tenor : Moteur de recherche de GIF animés.

-$- Velostrata : Migration des charges de travail vers le cloud.

-$- GraphicsFuzz : Solutions de test pour les pilotes de graphiques.

-$- Lytro : Technologie de capture de lumière.

-$- AIMatter (mise à jour ou nouvelle acquisition liée aux technologies de vision par ordinateur).

-$- GraphicsFuzz : Solutions de test pour les pilotes de graphiques.

-$- Redux : Technologie d’amélioration audio pour les appareils mobiles.

-$- Light Field Labs : Technologies d’affichage holographique.

Année – 2019

-$- Looker : Plateforme d’analyse de données et de visualisation (acquise pour 2,6 milliards de dollars).

-$- Elastifile : Plateforme de stockage de fichiers en cloud.

-$- Alooma : Plateforme de migration et d’intégration de données.

-$- Datastream : Outil de gestion de données.

-$- Owkin : Plateforme d’apprentissage machine pour la recherche médicale.

-$- CloudSimple : Plateforme de migration et de gestion des applications cloud.

-$- Fitbit : Acquisition de la société spécialisée dans les dispositifs de suivi de fitness et de santé.

Année – 2020

-$- Looker : Entreprise spécialisée dans l’analyse de données, acquisition finalisée en janvier 2020.

-$- AppSheet : Plateforme de développement d’applications sans code, acquise en janvier 2020.

-$- Cornerstone Technology : Acquisition pour renforcer les capacités de migration de données de Google Cloud.

-$- Quiklabs : Plateforme de formation cloud, intégrée à Google Cloud.

-$- North : Fabricant de lunettes AR, acquis en juin 2020.

-$- Typhoon Studios : Studio de développement de jeux vidéo.

-$- Neverware : Entreprise rachetée pour soutenir le système d’exploitation Chrome OS.

Année – 2021

-$- Fitbit : Acquisition finalisée en janvier 2021.

-$- Dysonics : Société spécialisée dans la technologie audio spatiale.

-$- Neverware : Acquise par Google et intégrée à son équipe Chrome OS.

-$- Actifio : Spécialiste de la protection des données en entreprise.

-$- CloudReady : Plateforme de virtualisation de bureau.

-$- Threadit : Application de communication vidéo collaborative.

-$- Stackdriver : Plateforme de surveillance et de gestion des applications cloud.

-$- DeepMind : Progrès dans l’intelligence artificielle et l’apprentissage machine.

Année – 2022

-$- Mandiant : Acquisition de l’entreprise de cybersécurité Mandiant, finalisée en février 2022 pour environ 5,4 milliards de dollars.

-$- Raxium : Acquisition de Raxium, spécialisé dans les technologies d’affichage, pour améliorer les produits de réalité augmentée et virtuelle de Google.

-$- Raxium : Acquisition pour améliorer les capacités de conception de puces de Google.

-$- ARKWEST : Entreprise acquise pour renforcer les capacités de sécurité dans le cloud de Google.

Legende : Précédé d’un « -$- » = un projet acheter voir avalé « publiquement ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *